< Retour à la carte
Maquette, quartier européen
Maquette, quartier européen
 
Zone du Projet Urbain
Zone du Projet Urbain
 
Maquette, quartier européen
Maquette, quartier européen
 
Projet métro, quartier européen (Schuman)
Projet métro, quartier européen (Schuman)
 

En tant que premier pôle d’emploi international de la Région de Bruxelles-Capitale, le Quartier européen représente un enjeu de développement majeur. L’objectif de la Région est d’en faire un quartier mixte et dense, avec des logements diversifiés, ainsi qu’un pôle culturel pour tous.

Une nouvelle vision à long terme

Le Quartier européen a rapidement évolué. Premier quartier extra-muros de Bruxelles dès 1837, il est devenu le siège des institutions européennes et le premier pôle d’emploi international de Bruxelles. La Région ambitionne d’y développer un quartier dense et diversifié, en renforçant le potentiel d'emploi et en y introduisant du logement ainsi que des commerces. L’objectif est également de renforcer les atouts culturels et de détente du Quartier européen, au profit des Bruxellois.

Signature d’un Accord tripartite

Un « memorandum of understanding » pour le développement du quartier Léopold-Schuman a été signé le 27 mars 2006 entre l'État fédéral, la Région de Bruxelles-Capitale, la Ville de Bruxelles et les communes d'Ixelles et d'Etterbeek. Cet Accord tripartite définit les droits et devoirs dans le cadre du redéveloppement du Quartier européen. Parmi les devoirs de la Région de Bruxelles-Capitale : le développement d'un schéma directeur dans les deux années suivant l'Accord.

Le schéma directeur

En avril 2008, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a approuvé le schéma directeur pour le Quartier européen, avec cinq lignes de force stratégiques :

  • Le Quartier européen devrait mettre en pratique les principes du développement durable, en améliorant la performance énergétique des bâtiments existants et en appliquant le standard passif pour les nouvelles constructions dans la rue de la Loi.
  • Une mobilité améliorée devrait créer davantage d'espaces conviviaux pour les piétons et les cyclistes, et contribuer à la réduction du trafic sur le rond-point Schuman. L'automatisation des lignes de métro 1 et 5 et le développement d'Itinéraires Cyclables Régionaux (ICR) à travers le Quartier européen devraient permettre d'atteindre cet objectif. Cette mesure va de pair avec le développement d’une liaison piétonne de qualité entre le parc du Cinquantenaire et le parc Léopold, ainsi que l'élargissement des trottoirs aux abords des stations de transports en commun. 
  • Le renforcement de la mixité fonctionnelle, en mobilisant la chaussée d'Etterbeek comme lien entre les quartiers résidentiels de Saint-Josse (au nord) et d'Ixelles (au sud), ainsi qu’en réalisant de nouveaux projets de logements et de commerces dans la rue de la Loi, la rue Wiertz, l'avenue du Maelbeek et la chaussée de Wavre. Le Projet urbain Loi (PuL) prévoit, quant à lui, 110.000 m² de logements et 60.000 m² de commerces le long de la rue de la Loi (voir ci-dessous pour le programme actualisé). Les noyaux commerciaux historiques, tels que ceux de la place Jourdan et de la place du Luxembourg, doivent également être protégés et renforcés.
  • L'organisation de concours internationaux d'architecture devrait permettre une amélioration de la qualité urbaine du Quartier européen.
  • Le potentiel culturel et de détente du quartier devrait être renforcé par la rénovation du parc Léopold et du parc du Cinquantenaire ainsi que par la création de liens plus forts et lisibles entre les différentes institutions culturelles.

12 programmes urbanistiques et architecturaux

Le schéma directeur, sur base d'une étude topo-morphologique selon la méthode “Space Syntax” de l'Université de Londres, propose 12 programmes urbanistiques et architecturaux concrets pour rencontrer son ambition:

  1. la transformation de la rue de la Loi : voir le Projet urbain Loi (PuL) ;
  2. la transformation de la chaussée d’Etterbeek en boulevard urbain ;
  3. la rénovation des abords du Résidence Palace ;
  4. le développement du pôle multimodal Schuman ;
  5. le réaménagement du rond-point Schuman et de ses abords ;
  6. l’embellissement des abords du siège du Conseil de l’Union européenne ;
  7. la gestion de l’esplanade du Parlement européen ;
  8. la rénovation et l’embellissement du parc du Cinquantenaire et ses abords;
  9. la rénovation et l’embellissement du parc Léopold et ses abords ;
  10. le réaménagement de la rue de la Loi, de la rue Belliard et de l’avenue de Cortenbergh ;
  11. le développement de la Place Jamblinne de Meux ;
  12. le réaménagement des places du Luxembourg et Jourdan.

L'historique du Projet Urbain Loi

Le Projet urbain Loi (PuL) porte sur la création de 110.000 m² de nouveaux logements, de 60.000 m² de commerces et équipements publics, et de 240.000 m² de nouveaux bureaux. Le PuL doit permettre une diversification fonctionnelle et architecture du Quartier européen, en ligne avec les principes de ville compacte et de développement durable. Il doit permettre une rationalisation de l’implantation de l’Union européenne dans le quartier qui offre un potentiel de reconversion des immeubles qui ne seraient plus occupés par celle-ci.

Une compétition internationale d’urbanisme, lancée par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale en 2008, a abouti à la sélection du Projet urbain Loi de l’Atelier Christian de Portzamparc.

Un Règlement Régional d’Urbanisme Zoné (RRUZ) a été approuvé par le Gouvernement de la Région en décembre 2013. Celui-ci se substitue au Titre 1er du Règlement Régional d’Urbanisme (RRU), et fixe le cadre règlementaire des gabarits et implantations. Enfin, l’entrée en vigueur du Plan d’Aménagement Directeur Loi, dernier volet réglementaire concernant la rue de la Loi, est prévue pour septembre 2019.

Les deux premiers permis d’urbanisme s’inscrivant dans la logique du RRUZ ont été délivrés en décembre 2014, pour les projets « Brussels Europa » d’Atenor et « Leaselex » d’Europa Capital. Ceux-ci portent sur la réalisation de deux tours, dont une à fonction mixte logement/bureau, et d’un nouvel espace public entre les rues de la Loi et Jacques de Lalaing.

perspective.brussels a également entamé des négociations avec d’autres grands propriétaires au sein du PuL dont le plus significatif est la Commission européenne. Le redéveloppement de l’îlot de la Commission se fera par le biais d’un concours international d’architecture.

Le Plan d’Aménagement Directeur (PAD) Loi

Le périmètre urbain « Loi » s’étend autour de la rue de la Loi, de la petite ceinture à la chaussée d’Etterbeek.

Il présente aujourd’hui une figure de canyon où la densification progressive selon le modèle classique de l’îlot fermé a montré ses limites. Monotonie du bâti, intérieurs d’îlots fortement bâtis, hyperspécialisation en quartier de bureau, autoroute urbaine : autant de caractéristiques qui en font un lieu en manque d’animation et de qualités spatiales.

Pour réinsuffler de la vie dans cette partie du Quartier européen et renforcer la qualité de son paysage et de ses usages, le Gouvernement bruxellois a demandé à perspective.brussels de piloter l’élaboration d’un projet urbain dans ce périmètre.

Un concours a permis de désigner une équipe pluridisciplinaire qui accompagne perspective dans cette mission. Elle est composée des urbanistes de BUUR et MSA, des spécialistes de l’évaluation des incidences environnementales ARIES et du Centre Scientifique et Technique de la Construction.

Le PAD Loi propose un urbanisme nouveau qui fait la part belle à la multi-fonctionnalité et aux espaces publics :

  • tisser des liens avec les quartiers de part et d’autre de la rue de la Loi par la réalisation de nouveaux cheminements et espaces publics au travers des îlots existants ;
  • renforcer la mixité fonctionnelle par l’introduction de logements, de commerces, d’équipements publics et de nouveaux espaces publics. Le projet de PAD prévoit ;
    • 490.000 m² de bureaux par rapport à la situation actuelle de 550.000 m²
    • 203.000 m² de logements par rapport à la situation actuelle de 17.000 m²
    • 81.500 m² d’équipements publics et de commerces par rapport à la situation actuelle 8.494 m²
  • remédier au caractère monotone du bâti par l’introduction d’une variation de gabarits et d’alignements, en ce compris des immeubles hauts et de nouveaux espaces publics ;
  • passer d’une rue corridor à une rue ouverte et charnière.

Consultation citoyenne durant la semaine des projets urbains (4-11 juin 2018)

Pour accompagner le développement du quartier européen, perspective.brussels a organisé 2 réunions d’information et de participation pour alimenter le Plan d’Aménagement Directeur (PAD) grâce à l’expertise des habitants et usagers du quartier.

Conformément à l’article 3 §4 de l’arrêté du 3 mai 2018 relatif au processus d’information et de participation du public, préalable à l’élaboration des projets de plan d’aménagement directeur, les comptes-rendus des débats tenus lors des réunions du 8 juin et 11 juin ont été publiés sur le site de perspective (endéans les 15 jours après la date de la réunion concernée).

Plus d’informations sur la semaine des projets urbains

Le projet de PAD approuvé en 1e lecture

Après deux années de travail, de dialogue avec les acteurs privés et publics et de concertation citoyenne, le projet de PAD Loi qui porte le projet urbain pour le Quartier européen a été approuvé en première lecture par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale ce 23 mai 2019.

L’objectif premier du projet urbain est l’amélioration de la qualité de vie des habitants et usagers de ce quartier.

Trois principes stratégiques traduisent cette ambition :

  • la remise en valeur de l’axe historique de la rue de la Loi par la création de nouveaux espaces libres et d’une variation des gabarits et alignements des immeubles ;
  • l’établissement pour les modes actifs de nouveaux liens nord-sud entre les quartiers Léopold et du haut de Saint-Josse ;
  • l’introduction d’une mixité de fonctions qui permet d’animer le quartier et d’agir concrètement sur le confort des habitants et des usagers..

Le projet de PAD constitue la première étape d’un processus de transformation du quartier. Il propose une vision ambitieuse pour cet axe à l’horizon d’une dizaine d’années.

Une enquête publique sera prévue durant l’automne 2019.